Frankenstein & Frankenstein

Aff-Frank
Victor Frankenstein a des grands projets pour l’humanité. Contrairement à son arrière grand-père, il ne se contentera pas de reproduire une vulgaire créature. Ce qu’il cherche, lui, c’est la perfection. Avec l’aide de son assistante Moutti, il tentera de se reproduire à l’identique. Arrivera-t-il à se copier-coller? Suite à la scène…

Une histoire clonesque en forme de comédie musicale allègre et joyeuse. Sur un sujet troublant, qui relève de moins en moins de la science fiction. A partir de 7 ans.


Distribution

Interprétation
Frédéric Lammerant
Olivier Nivarlet
Sophie Di Ruggiero

Mise en scène
Hadi El Gammal

Collaboration artistique
Christine Smeysters

Scénographie
Michaël De Clercq

Costumes
Michaël De Clercq et Odile Dubucq

Maquillage
Virginie Berland

Marionnette
Gilles Herdies

Ecriture, paroles et musiques
Hadi El Gammal

Bande son
Philippe Leblanc (clarinettes, saxos)
Hadi El Gammal (guitares, claviers)

Son
Jean-Marc Gillet

Lumières
Dimitri Joukovsky

Régie
Yves Hauwaert et Olivier Daxhelet

Graphisme
Jean-Loup Hock

Photos
Benjamin Struelens

Secrétaire de production
Alice Cornille

Technique

Public
200 spectateurs maximum

Age minimum
7 ans

Durée du spectacle
60 minutes

Espace scénique minimum
ouverture 8 m
profondeur 6 m
hauteur 4 m

Eclairages
Voir fiche technique détaillée

Temps de montage
4 heures

Temps de démontage
2 heures

Fiche technique détaillée à télécharger


Presse

“Au-delà du temps.
Le mythe intemporel du savant fou obsédé par l’envie boulimique de créer la vie renaît en parodie succulente dans Frankenstein & Frankenstein. C’est éperdument drôle, caracolant comme les images tremblotantes d’un vieux film muet auquel on aurait donné la parole. Mélodrames des années 1920, ciné d’épouvantes de série C, comédies musicales actuelles, jeux vidéo… passent à la moulinette de l’humour noir et de la dérision, en roue libre avec la connivence de spectateurs faussement interactifs.
La thématique du clonage y est effleurée tandis que la vie naturelle biologique est victorieuse.
Une réussite du Théâtre Maât tant dans les effets spéciaux que dans les gags à savourer à partir de 7 ans.”
Michel Voiturier
VERS L’AVENIR 23/08/2004


“Proche du cinéma muet avec sa gestuelle emphatique, ses maquillages à gros traits et son sens tragicomique, voici une comédie musicale bien troussée qui imagine la suite…
L’arrière-petit-fils du célèbre scientifique a repris le flambeau. Il ne se contentera pas de reproduire une simple créature. Il se dupliquera lui-même… Le rêve aboutit à une réflexion sur la propension égocentrique de l’homme, menée tambour battant par des chansons comiques (signées Hadi El Gammal, comme le texte) et par un jeu tonifiant (Frédéric Lammerant, Olivier Nivarlet et Sophie Di Ruggiero).”
Laurent Ancion,
LE MAD (Le Soir) 01/09/2004


“Bien ficelé de bout en bout, Frankenstein & Frankenstein, mis en scène par Hadi El Gammal, séduit dès l’abord par sa scénographie (Michaël De Clercq) et la physionomie hyperréaliste du Docteur Frankenstein et de son assistante Moutti. Dans son laboratoire, isolé sur une île et protégé d’un voile blanc pour les opérations les plus délicates, le petit-fils du célèbre Frankenstein se livre à des expériences douteuses et de plus en plus osées comme le clonage de ce marin évadé d’une prison lointaine auquel il redonnera d’abord vie puis double. Traité avec humour et pertinence, le thème du clonage s’avère être un choix judicieux à condition que les enfants sachent de quoi il s’agit. A part cette réserve, la nouvelle création du Théâtre Maât, doué pour créer un univers intègre et décapant, trouve réellement sa place en théâtre jeune public et gagne à être vue, en raison aussi de sa forme, à l’allemande, très aboutie.”
Laurence Berthels
LA LIBRE CULTURE (La Libre Belgique) 01/09/2004


“Victor Frankenstein, descendant du Frankenstein de Mary Shelley, nous accueille sur son île. Avec des morceaux de corps, il réussit à reconstituer un être vivant. Puis, toujours aidé par son assistante Moutti, il arrive à se reproduire à l’identique…. Au-delà des problèmes évoqués – les limites de la science, le clonage – ce spectacle est avant tout un merveilleux divertissement. Que d’ingrédients habilement réunis pour notre plaisir ! Oui, une histoire clonesque en forme de comédie musicale qui allie la parodie des films d’épouvante, du cinéma muet, de la chanson, toujours avec dérision et humour. D’où ce côté sympathique, humain, qui nous empêche de percevoir Frankenstein comme un pur monstre. On est happé, on ne s’ennuie pas une minute. On se laisse piéger avec bonheur par les mystifications théâtrales , on s’émerveille de la précision des gestes, de la qualité du jeu. A l’heure de Harry Potter, un spectacle qui captivera les enfants.”
Philippe Mathy,
LE LIGUEUR 15/09/2004

“Victor Frankenstein a de grands projets pour l’humanité. Contrairement à son arrière-grand-père, il ne se contentera pas de reproduire une vulgaire créature.Ce qu’il cherche, lui, c’est la perfection. Avec l’aide de son assistante Moutti, il tentera de se reproduire à l’identique. Arrivera-t-il à se copier-coller ? Si vous aimez les comédies musicales bien ficelées, avec suspense, rebondissements, astuces techniques et éclats de rire, vous apprécierez. D’autant plus que tout ceci ne nuit en rien au questionnement sur la problématique du clonage.”

Le Petit Cyrano
CTEJ 09/2004


“Le clonage, qu’il soit thérapeutique ou non, pose problème. Ce sujet, le Théâtre Maât l’aborde par la dérision, utilisant les vecteurs de la comédie musicale, du cinéma muet et en prenant quelques libertés par rapport aux conventions théâtrales. Le mythe de Frankenstein va servir de point de départ à ce spectacle complet. Marionnettes, voix, danse, lumière, musique créent fête et humour pour placer l’Homme au centre des préoccupations.
Un dossier pédagogique préparé par la Compagnie permet de programmer le spectacle pour les enfants à partir de 7 ans.
Un des moments les plus appréciés par les enfants présents à Huy.”
Les parents et l’école
10/2004


“Le Dr Frankenstein a décidé de se cloner lui-même afin de disposer de l’immortalité. Aidé de son assistante, il tente d’abord l’opération sur un condamné évadé de prison. Ensuite, il pratique l’opération sur lui-même. Le spectacle est une parodie des films muets des années 20 et des films d’horreur à la mode d’aujourd’hui. Il explore les thèmes du clonage, du sexisme, de la croyance en une science omnipotente, du désir de ne pas mourir. Ses atouts sont le pastiche savoureux des poncifs du genre fantastique, le rythme sautillant donné par les interprètes et les effets spéciaux astucieux et spectaculaires.”
La chronique de Michel Voiturier
TRAIT D’UNION 09/2004